Le droit d’indemnisation des tiers lié à un permis de construire illégal

Le droit d’indemnisation des tiers lié à un permis de construire illégal

Publié le : 07/11/2019 07 novembre Nov. 2019
Toute construction requiert normalement une autorisation délivrée par les services d’urbanisme. Une telle autorisation peut toujours être contestée devant le juge administratif, mais les délais de traitement peuvent engendrer des situations où au moment de l’annulation, la construction illégale est déjà édifiée et susceptible de générer des troubles.

Dans un arrêt du 24 juillet 2019, le Conseil d’Etat a dû se pencher sur l’indemnisation des voisins d’une construction illégale, autorisée par les autorités compétentes.

En l’espèce, un permis de construire a été délivré par le préfet d’un département pour restructuration et réhabilitation de logements, et constructions supplémentaires, permis ensuite annulé par la Cour administrative d’appel pour excès de pouvoir. Le maire de la commune concernée par le projet délivre un permis de régularisation, à nouveau attaqué et annulé par le tribunal administratif. Les travaux sont pourtant réalisés au moment de l’annulation du permis, et les propriétaires d’un fonds voisins saisissent le juge administratif pour le préjudice causé par l’autorisation illégale, en demandant une condamnation solidaire de la commune et de l’Etat.
En appui à leur demande, les propriétaires font valoir la perte de valeur vénale de leur bien, en plus de nuisances sonores causées par les allées et venues de véhicules sous le porche et dans l'étroite voie d'accès des constructions édifiées en vertu des permis illégaux.

Leur recours est rejeté en première et seconde instance. La Cour administrative d’appel retient, que les demandeurs ne peuvent fonder leur demande en indemnisation pour perte de valeur vénale, au motif qu’ils ne font pas état d’un projet de vente de leur bien, ni qu’il existe un lien de causalité entre cette perte de valeur et les nuisances sonores constatées.

Saisies du pourvoi, les cinquième et sixième chambres réunies du Conseil d’Etat, décident que les demandeurs sont fondés à demander réparation de leur préjudice immobilier, annulent la décision rendue par la Cour administrative d’appel, et condamnent l’Etat et la commune au versement des dépens.

Dans son arrêt, la Haute Juridiction étend le droit d’indemnisation aux tiers concernés par un permis de construire illégal en précisant trois points essentiels.
Premièrement, les tiers peuvent rechercher la responsabilité de la personne publique qui a autorisé la construction illégale.
Dans un second temps, et sous réserve de régularisation du permis de construire, ils peuvent obtenir réparation de tous les préjudices qui trouvent leurs sources dans les illégalités entachant la décision.
Enfin, les tiers n’ont pas à faire valoir spécifiquement un projet de vente du bien immobilier concerné, pour justifier le préjudice fondé sur la perte de valeur vénale.


Les avocats du cabinet VERBATEAM sont spécialisés en matière de contentieux liés à l’urbanisme et répondent à toutes vos questions.


Référence de l’arrêt : Conseil d’État 24 juillet 2019 n°417915

 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.